topblog Ivoire blogs

08/05/2013

Alex Ferguson (Manchester United), comment a-t-il duré aussi longtemps ?

A l'occasion des 70 ans de Sir Alex Ferguson, nous avions décrypté la méthode du manager des Red Devils pour durer.


Mark Robins est un ancien footballeur parmi tant d'autres. Aujourd'hui âgé de 42 ans, il n'a pas laissé une empreinte indélébile dans l'histoire du jeu et de l'Angleterre. Pas une sélection, juste quelques faits d'armes avec Manchester United. Même si Sir Alex Ferguson n'en est pas intimement persuadé, Robins a sans doute changé le cours de l'histoire en janvier 1990, quand il a inscrit le seul but d'un 3e tour de Coupe d'Angleterre face à Notthingham Forest (1-0). Le manager écossais était près de la porte. Quelques mois plus tard, il remporterait la Cup, le premier de ses 37 trophées avec les Red Devils. Plus de deux décennies après, Ferguson, 70 printemps, est toujours aux commandes. Une longévité exceptionnelle dans un monde où tout va désormais - trop - vite.

Sa retraite, Ferguson n'y songe qu'à moitié. Voire moins. Il a bien dit récemment dans un entretien accordé à Téléfoot qu'il se voyait encore entraîner trois ou quatre ans. Mais rien n'est fixé. "Il entrainera jusqu'à son dernier souffle", juge le fameux Mark Robins. Sa propre femme s'est fait une raison. C'est d'ailleurs elle qui l'a poussé à renoncer à une retraite qu'il avait annoncée en 2002. A l'époque, Ferguson avait l'impression d'avoir fait le tour de la question. Mais Cathy et ses trois garçons l'ont convaincu de continuer, n'imaginant pas le bouillant Ecossais rester sur son canapé ou se mettre à la peinture.

Une décennie et un pacemaker posé plus tard, Ferguson est toujours là. Plus fringant que jamais. Will Tidey, auteur de Life with Sir Alex: A Fan's Story of Ferguson's 25 Years at Manchester United, n'est pas étonné : "Il est en bonne santé et a toujours le même enthousiasme que lorsqu'il a pris les rênes du club en 1986. Il parait même plus jeune qu'il y a dix ans." Eric Cantona est sur la même longueur d'ondes : "Saison après saison, il est de plus en plus fort. Même s'il vieillit, il a encore l'énergie d'un jeune homme." L'ancien sélectionneur de l'équipe d'Ecosse aurait-il trouvé la source de jouvence ? Non. Plus que cela. "Vous ne pourriez pas faire ce qu'il réalise à son âge sans amour pour votre travail", assure Ryan Giggs, dont la longévité footballistique est tout aussi exceptionnelle. "Son éthique de travail est incroyable."

"Un père pour tellement de joueurs"

Alex Ferguson (Manchester United), comment a-t-il duré aussi longtemps ? - Football - Premier League Et c'est peu de le dire. Ferguson est réglé comme une horloge suisse. "Un jour normal de travail, Ferguson arrive à son bureau à sept heures du matin. Et selon son assistante personnelle, présente au club depuis encore plus longtemps que lui, il démarre la journée en chantant, raconte Will Tidey. La suite, c'est deux heures pour prendre connaissance des nouvelles de la journée, faire un peu de sport et se plonger dans divers sujets touchant au club. Puis son staff arrive." La suite ? Sur les terrains d'entraînement de Carrington, Ferguson délègue. Ce sont ses adjoints qui mènent la danse. "L'Ecossais supervise, prend les joueurs à part et échange ses idées avec son staff", explique l'auteur.

Au-delà de la passion, d'une faculté toujours intacte à s'émerveiller pour un petit rien et d'une vie professionnelle réglée comme du papier à musique, Sir Alex Ferguson fait preuve d'une qualité d'adaptation psychologique rare. Elle se traduit par sa faculté à gérer les hommes. Ceux de 1986. Ceux de 1996. Ceux de 2011. Le successeur de Ron Atkinson a vu se succéder plusieurs générations de footballeurs, tous aussi différents les uns que les autres. Mark Hughes ne se gère pas comme David Beckham. Eric Cantona ou Roy Keane ne se canalisent pas comme Chris Smalling ou Phil Jones. Caractères différents, cultures diverses. Ferguson a géré. A 50, 60 et 70 ans. Le principal intéressé est lui-même étonné : "Il m'est difficile d'imaginer que j'ai eu ces joueurs sous ma coupe depuis si longtemps". Will Tidey renchérit : "C'est son plus grand atout. Sa capacité à relier les générations et les personnalités et de réussir à tirer le meilleur d'eux. Il a été un père pour tellement de joueurs..." Un grand-père même.

10:26 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.